L’actualité de cette semaine était marquée par le remaniement ministériel. Pour éviter une mauvaise blague de 1er avril, l’annonce de la composition du nouveau gouvernement a attendu le 2. Le Quotidien du médecin, impatient, annonçait dès le 1er avril la suppression pure et simple du ministère de la Santé. « L’assurance maladie est en déficit permanent, c’est devenu un gros problème. La solution est rapidement apparue qu’il fallait supprimer le problème», citait l’article canular ! Dans notre secteur, une seule question était sur toutes les lèvres : Marisol Touraine va-t-elle rester ? Quel bilan « social-libéral » a-t-elle pu présenter au nouveau Premier ministre pour le convaincre qu’elle embrassait la nouvelle ligne politique ? Pas celui d’avoir aidé ou favorisé nos entreprises privées de soin ! Avec une cote de confiance estimée à 25 % selon le dernier sondage du Quotidien du médecin, elle bénéficie d’une popularité supérieure à celle de Roselyne Bachelot et très supérieure à celle de Philippe Douste-Blazy qui avait plongé à 15 %. Le président de la République a fixé trois objectifs, dont un relatif à la justice sociale, au sein de laquelle, après l’éducation, la santé sera prioritaire. Une déclaration par trop laconique pour échafauder plans et stratégies, ou succomber à l’espoir de voir reconnaître notre rôle essentiel à la survie de la sécurité sociale. Rappelons que si la convergence des tarifs permettait l’économie de sept milliards, la prise en charge de notre activité par l’hôpital public et selon ses modalités, mènerait la sécurité sociale à la banqueroute. Plus prosaïquement et pour ce qui concerne le ministère de la Santé, sans doute faut-il s’attendre à une continuité dans le changement à moins que se soit l’inverse. Madame la ministre, bravo vous restez, et nous aussi !

Share
Cette entrée a été publiée dans Annonce, Humeurs, Impressions. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*