Depuis lundi, les deux tiers de nos établissements sont concernés par la grève des médecins qui répondaient à l’appel de 28 organisations professionnelles. Nous comptons entre 5 et 10 réquisitions et notons de fortes disparités régionales. La manifestation hier à Paris rassemblait plus de 3 000 personnes, tous – internes, généralistes, spécialistes de secteur 1 et 2 et praticiens hospitaliers – unis par la même demande de suppression de l’avenant numéro 8. Même si les chirurgiens, les anesthésistes, les biologistes, les radiologues menaient le combat car sont menacés frontalement par ce texte, tous ont compris la chaîne qui les unit très étroitement. A ce titre, même les PH avaient clairement en tête les effets collatéraux qu’un retrait progressif de la médecine libérale pourrait avoir sur leur secteur. Ce mouvement est coûteux pour nous, de nombreux directeurs grincent des dents mais comment ne pas soutenir la médecine libérale qui fait notre force et notre spécificité ? La FHP-MCO a clairement exprimé son soutien auprès des journalistes exceptionnellement nombreux. Une délégation du Bloc, puis de l’UFML et de la FMF étaient reçues, maladresse supplémentaire, par le directeur de cabinet et non la ministre, pour se voir afficher une fin de non recevoir : l’avenant a été signé par trois syndicats majoritaires et pour la tutelle, l’affaire est close. Le cortège quittait alors la place pour une marche vers Matignon, immédiatement encadré par les CRS en nombre. La lettre à l’attention de Jean-Marc Ayraud sera donc envoyée par la poste. Dès la semaine prochaine le mouvement continue sous de nouvelles formes et nous, établissements, devrons rester très attentifs. Au final, les journalistes changent leurs regards sur ces soi-disant « nantis » et la question fondamentale de « par qui serez-vous soigné demain », hier appartenant au registre de la politique fiction, inquiète et interpelle le bon sens de chacun, et se pose progressivement.

Share
Cette entrée a été publiée dans Combats. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*