Le PLFSS 2015 comporte de graves éléments de menace contre notre secteur. C’est désormais une coutume bien installée et à laquelle nous ne nous habituons pas : chaque édition du PLFSS contient une nouvelle mesure punitive anti-privé – reprise du CICE, dégressivité tarifaire, discrimination de financement – sur fond de blocage de nos tarifs depuis dix ans. Pour rappel, 1er mars 2005 : mise en place de la T2A ; 2006  – 4 % ; en 2007 + 4 % ; en 2008 + 0,8 % ; en 2009  + 0,47 % ; 2010  + 0 % ; en 2011 – 0,05 % ; en 2012 + 0,16 % (+ 0,5 % maternité) ; en 2013 – 0,21 % ; en 2014 -0.24 %… Les efforts demandés à l’hôpital sont au mieux une tendance, et ceux demandés à nos établissements de santé privés, des faits applicables immédiatement. Quel est le juste coût ? Celui qui propose le meilleur service au meilleur prix. Le respect de cette règle d’or pourrait simplement être la définition d’un service rendu au public… un service de bien public ! Or, le PLFSS et la Stratégie nationale de santé font l’impasse sur ce principe d’efficience qui doit être au cœur de notre système de santé et de nos gouvernances. L’hospitalisation privée, familière de cette équation, a plébiscité un financement incitatif et complémentaire à la qualité, mais que l’article 36 vient gâcher en affublant la carotte d’un bâtonen. Même grave erreur de raisonnement des auteurs de l’article 42 qui vise à améliorer la pertinence des soins mais prévoit des sanctions contre les établissements pour des pratiques exercées par les médecins. Les sujets de fâcheries sont nombreux. Les équipes de la FHP-MCO, et en particulier les membres du bureau FHP-MCO, réunis hier, sont mobilisées et produisent, en coordination avec celles de la FHP, tous les amendements nécessaires pour défendre notre profession. Le pire n’est jamais certain… mais au cas où…

Share
Cette entrée a été publiée dans Impressions. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*