L’action syndicale requiert une habileté certaine quant à la gestion des temps. Jugez-en. Des actions de lobbying se déploient afin de faire entendre notre voix au fil de l’examen du PLFSS 2014 qui a démarré en séance publique mardi. Une action immédiate s’organise pour s’opposer à la mise en œuvre d’une dégressivité des tarifs, une mesure que le bureau de la FHP-MCO a reconnue comme une ligne rouge qui ne pouvait être franchie. Par ailleurs, une vigilance est accordée au coefficient prudentiel. En effet, 0,35% de nos tarifs nous échappe pour être mis en réserve en cas de non-respect des objectifs de volumes. Or notre secteur a sous-exécuté le montant prévisionnel de ses dépenses pour 2013. Récupérerons-nous la totalité de cette dîme ? La connaissance des chiffres de l’activité réelle de notre secteur MCO privé sur lesquels s’appuie la tutelle nous serait précieuse… précisant que notre incrédulité n’a d’égale que notre respect.
Gérer au mieux 2013 bien sûr, mais simultanément préparer la prochaine campagne tarifaire. En effet, il s’agit, dès à présent, d’anticiper le moyen-long terme et d’être pro-actif au sein du Comité de réforme de la tarification hospitalière (Coretah). Les critères de compensation relatifs à la prise en charge des patients en situation de précarité, le modèle de financement des MIG, la logique du parcours de soin dans le modèle de financement du SSR, l’incitation financière à l’amélioration de la qualité, l’encouragement à la chirurgie ambulatoire, etc. sont autant de dossiers majeurs dans lesquels nous devons interagir avec la puissance publique pour une application dans les mois qui viennent. De la même manière, la FHP-MCO participe très activement aux travaux majeurs de l’IFAQ – Incitation financière à l’amélioration de la qualité – et apporte son « input » dans la conception de ce nouveau modèle d’évaluation de la qualité des établissements à partir d’indicateurs qualité généralisés afin de simuler une valorisation financière.
En clair, il est nécessaire de prendre de la hauteur quitte à frôler le manque d’oxygène, et également de coller au terrain en défiant la pesanteur. Chaque jour, nous nous employons à défendre notre secteur (l’espèce) et nos établissements (l’individu).

Share
Cette entrée a été publiée dans Combats, Impressions. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*