L’édition 2015 de l’Atlas de la démographie médicale édité par le Conseil de l’Ordre pointe certains paradoxes et démine autant de préjugés.  Les territoires se vident de leurs médecins et pourtant avec 281 087 médecins inscrits à l’Ordre en 2014, la France n’a jamais compté autant de médecins. Le numerus clausus a presque triplé en 10 ans mais chaque année, un quart des médecins diplômés décident d’exercer dans le journalisme ou l’administration par exemple.

Déminons tout de suite l’idée reçue qui consiste à voir dans la féminisation du métier, la paupérisation de la profession. Les chiffres démontrent le contraire, puisqu’elles sont particulièrement vaillantes et représentent 60% des médecins âgés de moins de 40 ans qui exercent en mode libéral. Il est intéressant de noter que les jeunes médecins ne s’orientent pas plus que leurs aînés vers les maisons médicales qui fonctionnent avec des professionnels âgés de 50 ans en moyenne, que le nombre de médecins à diplômes étrangers a augmenté de 42,7% depuis 2007 dont 25% choisissent l’exercice libéral, et qu’enfin, c’est la région Ile-de-France qui se désertifie le plus et voit le nombre de ses médecins libéraux baisser de 6%, alors que les Pays-de-Loire le voient augmenter d’autant.

L’enquête menée par la FHP-MCO à l’automne montrait que nos médecins ont une moyenne d’âge de 53 ans, dont 40% ont plus de 56 ans. D’ici 10 ans, nos établissements devront donc renouveler 40% de leur corps médical. Pas simple quand seuls 15% des médecins s’orientent vers l’exercice libéral à la sortie de la faculté, mais ils sont heureusement 40% cinq ans plus tard. En particulier, seuls 5% des anesthésistes choisissent en première intention le mode libéral mais sont 21,8% cinq ans plus tard, les chirurgiens généralistes, 1,8% puis 13%, les chirurgiens vasculaires ou thoraciques, aucun … mais 38,9% ensuite, ou encore 2,8% puis 24,4% pour les gynécologues-obstétriciens.

Il y a donc du travail… mais aussi de l’espoir ! Rappelons-le : 80% de nos praticiens sont satisfaits, voire très satisfaits, de leur mode d’exercice et 90% d’entre eux sont prêts à conseiller à leurs jeunes confrères de les rejoindre chez nous ! Nous devons ainsi organiser les conditions de cette promotion entre pairs et réinventer une communauté d’intérêts entre médecins et établissements. Cette nouvelle relation doit se construire en tenant compte des besoins et attentes des jeunes générations de médecins. C’est la mission du groupe expert FHP-MCO « promotion de la médecine libérale », piloté par le Dr Dominique POELS et le Dr Marc ATTIA, qui débutera ses travaux le 7 juillet 2015 avec tous ceux qui le souhaitent.
Je vous attends nombreux demain à notre convention annuelle !

Enquête FHP-MCO : les praticiens libéraux aiment leur clinique

Share
Cette entrée a été publiée dans Humeurs, Impressions. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*