Les cliniques et hôpitaux privés sont des lieux ouverts au public, où l’on accueille des millions de patients et d’accompagnants.

L’Observatoire National des Violences en milieu de Santé (ONVS) a enregistré en 2017 de la part de 446 établissements 22 078 signalements, qui recouvrent des incivilités, des violences et des actes de malveillance. Cette augmentation de plus de 25 % par rapport à l’année précédente exprime une tendance, celle de l’augmentation des faits et/ou des déclarations.

Nous tenons tous en interne nos propres bases d’événements indésirables et nous tentons d’y apporter des réponses, tant en direction de nos patients que de nos professionnels. Néanmoins, notre participation à un travail collectif national est requise et vos déclarations – qui restent anonymes pour les personnes et l’établissement – permettraient un état des lieux plus précis des réalités de terrain.

Outre les délits et crimes caractérisés qui nécessitent un appel à la police et à la justice, demeure une violence « ordinaire », pour le moins verbale. La prévention et la lutte contre cette nuisance sociale sont intimement reliées au sujet de la qualité de vie au travail, et par répercussion à celui de la qualité des soins. Nous sommes bien ici au cœur de notre mission.

Les principes élémentaires de civisme et de vie en société ont besoin d’être remis à l’honneur au sein de nos établissements. Et nos salariés ont besoin d’être régulièrement formés pour gérer des situations de tension, mais aussi pour apprendre à mieux communiquer auprès des patients et des accompagnants. La sûreté de l’établissement est l’affaire de tous.

Ségolène Benhamou
Présidente de la FHP-MCO

Télécharger le rapport 2018 (données 2017)

Share
Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*