Il ne suffit pas de dire tout bas ce que nous pensons tous, mais bien de l’exprimer haut et fort, d’une seule voix : nous sommes privés de ministre ! Ce message faisait l’objet d’une pleine page dans Le Monde publiée avant-hier. Les prises de parole syndicales ne sont jamais aisées et sont encore davantage contraintes dans les territoires. C’est bien au bureau national de votre syndicat, et en votre nom, d’adresser ce message fort à notre ministre. Entrepreneurs forcenés, libéraux, nous n’avons pas besoin d’une figure d’autorité pour agir. Mais acteurs à part entière du système de santé, nous sommes en droit d’attendre des personnes et des administrations en charge de la gestion de notre pays le partage de notre objectif  T.E.R.R.E – Transparence des droits et devoirs de chacun, professionnels et tutelles ! Equité de traitement des professionnels de santé ! Reconnaissance de notre capacité à être un acteur de santé publique à part entière ! Respect des femmes et des hommes qui œuvrent quotidiennement dans nos structures en ne les ignorant pas ! Evaluation des politiques de santé publiques et médico-économiques ! Autant de valeurs dont l’État est garant et sur lesquelles chaque citoyen attend des signaux. À la disgrâce, nous optons sans hésiter pour la bataille. Nous ne cherchons pas des ennemis mais des interlocuteurs car nous avons des propositions à avancer… mais à qui ?

Au boycott de la Ministre, s’ajoute celui des parlementaires. La loi Le Roux relative à la création des réseaux de soins mutualistes redessine le paysage sanitaire selon les cahiers des charges propres aux mutuelles qui échappent à toutes les instances de régulation publiques. Elle se fait dans le dos des professionnels de santé. Des preuves ? Seuls les opticiens et dentistes, aux côtés des nombreux lobbyistes des organismes complémentaires, étaient auditionnés par les députés fin 2012. Au Sénat hier, aucun professionnel de santé n’était invité mais seuls les bénéficiaires de la loi s’exprimaient. Un déni de démocratie ! Sur ce sujet, c’est avec nos amis praticiens libéraux, que nous nous sommes exprimés également dans la presse. Jouissons de cette liberté d’expression bien réelle dans notre pays. Nous sommes juste en train de faire nos gammes !

Share
Cette entrée a été publiée dans Humeurs. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*