A l’heure où les ministres et vraisemblablement les parlementaires déclarent leur patrimoine sur la place publique, surgit la question de l’interprétation de ces informations par l’opinion. Les chirurgiens ont eu le courage de se livrer à cet exercice pédagogique et de transparence en décembre dernier. Même si nous savions tous que le terrain était miné, la démonstration de l’extrême difficulté à s’exprimer sur ces sujets devait être faite. Comment notre secteur va-t-il naviguer dans cet environnement idéologique et sémantique difficile ? Grand rassembleur de cliniques patrimoniales et d’établissements appartenant à des fonds d’investissement, notre secteur, le malchanceux, cumule deux expressions à blacklister. L’opinion est partagée entre demander davantage de transparence, grand rêve social, ou davantage de contrôles. Nous répondons aux deux ! Nos livres comptables sont largement ouverts (sans parler de l’ENCC) et les contrôles pleuvent. Toutefois si nos patients sont individuellement et localement « clinic friendly », gagner leur soutien collectif et national reste une gageure. Dans cet esprit nous observerons de près le projet ministériel « Sunshine act » qui vise à renforcer la transparence entre les industriels et les professionnels de santé. Restons privés ET exemplaires !

Share
Cette entrée a été publiée dans Combats. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*