Sans préavis, le gouvernement grec éteignait les chaînes publiques de télévision. Une décision nationale grave sous pression européenne. C’est vers l’Europe que nous avons poussé notre meilleur pion avec la demande d’ouverture d’une enquête formelle contre la France pour distortion de concurrence et financement discriminatoire au détriment des cliniques et hopitaux privés. Lorsque notre gouvernement reste sourd aux 7 milliards d’euros d’économies attendues de la convergence tarifaire, et aveugle devant l’attachement profond des Francais à la pluralité de notre système hospitalier public et privé, ses responsabilités et obligations européennes le ramèneront, nous l’espérons, vers la raison. Cela ne nous épargne en rien de balayer devant nos portes. Faudrait-il encore que chacun se livre à l’exercice. Combien ça coûte ? Les décideurs de notre pays doivent connaître le prix de la santé et les Français plébiscitaient encore récemment dans un sondage IFOP leur préférence à une diminution du coût de la santé afin de diminuer les cotisations sociales (et non l’inverse). Alors tolérance zéro pour les hôpitaux publics et les Espic qui rechignent à entrer dans le projet de facturation individuelle des établissements de santé (FIDES). Tolérance zéro pour les mutuelles qui ont obtenu deux années supplémentaires d’opacité de leurs comptes et qui colonisent nos établissements territoire par territoire. Enfin, allergie avec complication, lorsque ces mêmes acteurs qui font le beau temps mais surtout la pluie, annoncent la météo, prédisent l’orage et donnent des leçons à ceux qui doivent fournir les parapluies ! N’attendons pas, comme en Grèce, que l’information disparaisse avec les chaînes, pour en France, informer et faire toute la transparence.

Share
Cette entrée a été publiée dans Impressions. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*