La réalité a eu raison des règles : malgré les annonces il y a 1 an d’une augmentation plafonnée à 1,75 % pour 2016 et 2017, Bercy vient de valider un ONDAM relevé à 2,1 % en 2017. Les pistes évoquées dans le précédent 13h étaient donc vraies.

Cela représente une enveloppe supplémentaire de 700 millions d’euros, destinée notamment à financer les revalorisations salariales accordées dans la fonction publique et les nouvelles règles conventionnelles pour les médecins libéraux. Mais la revalorisation de l’ONDAM privilégiera le médico-social (+2,9 %) sur la ville (+2,1 %) et l’hôpital (+2 %).

Et surtout, le gouvernement prévoit un surcroît d’économies pour tenir ses objectifs : 4,05 milliards d’euros d’économies sont attendus en 2017 sur l’Assurance maladie, contre 3,4 milliards cette année ! Dans la ligne de mire, toujours les mêmes leviers : la baisse des dépenses hospitalières (optimisation des achats et liste en sus), le virage ambulatoire, la baisse des produits de santé et la promotion des génériques, la pertinence des soins.

« Nous avons sauvé la Sécu », lit-on dans le journal Les Échos. Même si la Cour des comptes reconnaît dans son rapport annuel une « incontestable diminution du déficit de la branche maladie », elle tacle le gouvernement en parlant « d’artifices comptables » et rappelle la « persistance tenace » du déficit en répétant qu’il « n’est ni légitime, ni fatal ».  La Cour retoque principalement l’inscription en produit 2016 d’une recette exceptionnelle de CSG de 700 millions.

Les 0,25 % d’augmentation supplémentaire de l’ONDAM hospitalier offre une petite bouffée d’oxygène, mais gardons-nous bien d’en tirer des conclusions hâtives. Il nous faut d’abord récupérer les 0,50 % ponctionnés sur nos tarifs 2016 au titre du coefficient prudentiel. Les dépenses de l’ONDAM hospitalier 2016 pourraient, avant mises en réserve, être supérieures à ce qui était anticipé, du fait notamment du dynamisme des dépenses sur la liste en sus et de l’arrivée de nouveaux traitements anti-cancéreux. Mais quel crédit accorder aux prévisions de volume faites en novembre, quand on voit a posteriori l’importance des écarts entre prévisions et réalité … évidemment toujours en notre défaveur !

Par notre efficience, notre adaptabilité et nos innovations organisationnelles, NOUS sauvons la Sécu. Alors rendez-nous le coefficient prudentiel !

Ségolène Benhamou
Présidente du syndicat FHP-MCO

Share
Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*