Après 6 ans de récession et l’annonce répétée de la faillite de l’État grec, le budget 2014 élaboré renoue avec une croissance espérée de 0,6%. A l’inverse, rien ne va plus outre-Atlantique, où le gouvernement américain qui donne le « la » de la symphonie internationale depuis l’après guerre, plaçait en congé sans solde 800 000 fonctionnaires et bloquait tous les services publics du pays. Il serait pertinent de souligner que c’est une réforme de la santé (!), « l’Obamacare » qui occupe le cœur des enjeux. En France, notre secteur se bat courageusement. Les établissements indépendants se serrent les coudes comme au sein de Santé cité, les groupes régionaux et nationaux s’emploient à stabiliser leurs actionnariats. Les mutuelles fortement capitalisées rejettent public et privé dans leurs cordes, pour écrire leur propre partition grâce au contrôle de la solvabilité des dépassements d’honoraires, la constitution de réseaux de soins et la prise d’intérêt financier directe dans nos cliniques. Dans ce contexte, accorder 100 millions d’euros supplémentaires à notre secteur au sein du PLFSS 2014, nous permettrait de gagner plus d’un point de tarifs et redonnerait la stabilité nécessaire à l’offre de soin. A l’heure où la Cour des comptes s’inquiète des 18 milliards d’euros investis au cours des 10 dernières années dans l’immobilier des 32 CHU, et dont 16% des bâtiments n’ont toutefois pas passé la sécurité incendie (édifiant, 18 milliards, c’est également ce qu’il manque au gouvernement pour boucler le budget 2014 du pays), notre requête apparait modeste. Toutefois, si la vision macro-économique réduit tout espoir, redonnez-nous des marges de manœuvre du côté des charges. La simplification des normes est en route, accélérons le tempo et alignons toutes les sources d’économie qui n’impactent pas la qualité et la sécurité des soins.

Share
Cette entrée a été publiée dans Humeurs, Impressions. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*