Le Sommet européen des chefs d’Etats et de gouvernements qui commence aujourd’hui à Bruxelles aspire toutes les énergies. Au point qu’à celui de Rio, la santé de la planète en a payé les frais. Si même la santé de la planète est délaissée, que penser de celle du secteur hospitalier privé? Il n’est pas aisé de reconnaître à la fois notre appartenance à un ensemble et de défendre notre nombril. Notre secteur est en « ALD » et pourtant, nous sauvons la sécu. Que répondre à ce lecteur du Quotidien du Médecin qui incite avec cynisme les médecins en secteur 2 à aller au bout de leur logique qu’il qualifie de « marchande » et à renier le serment d’Hippocrate ? Que non, la santé n’est pas une marchandise mais qu’elle a un coût, que nous supportons collectivement. Nous, professionnels de la santé, sommes tous soumis, contrairement à beaucoup, à des obligations légales, morales et éthiques, même sans avoir à prêter serment. Fallait-il le rappeler ?

Share
Cette entrée a été publiée dans Humeurs. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*