Je l’écrivais le mois dernier : 39% des Français ont renoncé au moins une fois à des soins de santé en raison de leur coût. Les médecins conventionnés sont de moins en moins nombreux. Ils représentent aujourd’hui  à peine 10% de la profession. Chaque année, de nouvelles cliniques ferment, et de plus en plus de jeunes médecins renoncent à s’installer comme libéraux. La question des tarifs est donc aujourd’hui au cœur du dispositif de santé et de sa crise actuelle.

Cette question des tarifs, celle du dépassement d’honoraire et du reste à charge, est souvent posée aux cliniques privées, accusées de coûter plus cher au patient. Côté professionnels, les tarifs « Sécu » (tarifs conventionnés secteur I) ne permettent pas au praticien de s’y retrouver sur certains actes. Face à cette situation bloquée, la FHP-MCO se bat depuis plusieurs années pour la création du secteur optionnel.

A ce jour, la tarification des soins médicaux se divise en deux secteurs : le secteur I (secteur conventionné), qui impose des honoraires fixes et remboursés par l’Assurance maladie, et le secteur II, qui laisse le praticien libre de ses honoraires. Nous revendiquons donc la suppression du secteur II au profit d’un secteur optionnel plus juste, dans le cadre duquel le praticien pourrait pratiquer des dépassements allant jusqu’à 50% des honoraires, et qui seraient pris en charge par les complémentaires santés. En échange de cela, le praticien s’engage à réaliser 30% de ses actes au tarif conventionné, sans reste à charge. Ainsi, dans tous les cas, le dépassement d’honoraire serait maîtrisé et pour le patient, le reste à charge nul.

Qu’il s’agisse des praticiens ou des patients, presque personne aujourd’hui n’est opposé au secteur optionnel.  La nouvelle convention médicale signée en juillet dernier devait entériner ce projet, mais elle doit être rediscutée dans les prochains jours. Espérons que, dans ces conditions, le secteur optionnel soit pour demain !

Share
Cette entrée a été publiée dans Combats, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*