Le Brésil a Neymar, et l’Allemagne, une équipe ! Voilà l’analyse que partageaient les observateurs de football hier. L’équipe française, perdante vendredi dernier face à la Mannschaft avait pourtant, elle aussi, fait preuve d’un bel esprit et d’une grande solidarité d’équipe. Quel élément fait-il la différence ? La tactique. Être soudés ET stratèges est l’enseignement, certes attendu mais qui s’impose, que nous pouvons tirer des résultats à ce stade de la Coupe du Monde. La menace de la loi de Santé et son bloc d’obligations aujourd’hui inaccessibles pour nous, nous incite à renforcer nos lignes de défense mais simultanément à disposer d’une stratégie d’attaque. Pour mouiller le maillot, nous n’attendrons pas le jour où Marisol Touraine accordera toute sa confiance aux acteurs de santé et réorganisera le système de soins selon leur excellence. Car pour l’heure, seule l’équipe Service public hospitalier (SPH) a de la valeur à ses yeux. La santé n’est naturellement pas un jeu mais une noble mission et notre responsabilité à tous. Ce n’est donc pas une victoire que nous irons chercher mais notre place à chaque fois qu’elle sera légitime. Sur le terrain sanitaire et selon des règles claires et identiques pour tous, les Français méritent les meilleurs soins délivrés par les joueurs les plus pertinents d’une situation donnée.

Share
Cette entrée a été publiée dans Impressions. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*