Le PLFSS est notre « marronnier », actualité qui revient chaque année à la même date et ainsi surnommée par les journalistes.

L’assurance maladie est le tonneau percé des Danaïdes : pas un budget à l’équilibre depuis 24 ans qui tutoie une dette cumulée de 140 milliards d’euros ! Les générations futures, par définition à venir, ne peuvent pas aujourd’hui développer le lobbying nécessaire pour éviter l’impôt à la naissance que le gouvernement prétend leur épargner.

Et si nous réservions une chaise à nos enfants à naître, symbolisant leur place autour de la table des décisions ?

Ce futur est déjà hypothéqué pour 43% d’entre nous déficitaires. La FHP-MCO a demandé par voie de presse la tenue d’Etats généraux du financement de la protection sociale, une manière de placer le débat au niveau des enjeux et s’inscrire dans la droite ligne de la Cour des comptes pour qui seule une réforme en profondeur sur tous les postes de l’assurance-maladie peut conduire à une maîtrise durable de l’Ondam tout en préservant l’égalité d’accès aux soins.

La FHP-MCO a demandé également à être entendue par le Haut conseil du financement de la protection sociale (HCFPS), installé la semaine dernière par le Premier ministre, et qui doit rendre son rapport à la fin octobre. Face à ce PLFSS déclaré « de combat », le choix des armes est limité.

Share
Cette entrée a été publiée dans Combats, Humeurs, Impressions. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*