À l’instar du Fil rose, nous aurions pu produire aisément une newsletter pour faire connaître vos initiatives dans le cadre de la semaine de la sécurité du patient, tant vous êtes engagés et créatifs. Conférences, expositions, quizz, animations en tout genre, chambres des erreurs, etc. Vous débordez d’idées ! Peu d’entre vous s’en vantent dans la presse, rien ne vous oblige à agir, et pire, vous n’avez aucun financement pour cela. Vous répondez déjà à toutes les obligations règlementaires de sécurité et pourtant vous êtes nombreux à aller bien au-delà et vous considérez que la survenue d’un accident est simplement intolérable. En clair, vous faites bien plus que votre job. Mais au-delà des « hémo-, pharmaco-, matério-, identito-, bio- » vigilances, il reste encore et de toute urgence à inventer : la ministéro-vigilance ! La maturité de notre secteur et l’efficacité de sa production de soins seront totalement ignorées par l’organisation du système de soins à venir dans le cadre du projet de loi de santé. Ce n’est pas l’exercice de la « chambre des erreurs » bien connue dans la gestion des risques qui nous attend, mais celui d’une « chambre des horreurs ». Les instances nationales et régionales de la FHP déploient actuellement un dispositif pédagogique d’explication du projet de loi de santé afin que vous mesuriez le danger mortifère que ce projet représente pour nos établissements. Notre mobilisation est lancée contre l’instauration d’un droit de naissance digne d’un autre temps, et contre notre éviction délibérée et déjà planifiée du Service public hospitalier (SPH), un sésame dont l’accès est conditionné par l’absence de compléments d’honoraires sur l’ensemble de l’activité de l’établissement alors que l’existence d’une activité privée est considérée à l’hôpital comme hors sujet par notre ministre. En clair, une véritable mécanique anti-privée est confirmée et affichée sans ambages ! Nous entrons dans la phase opérationnelle de préparation de notre arrêt d’activité à partir du 5 janvier : coordination avec nos médecins, déprogrammation en cours des patients, information et alerte auprès des ARS, des préfectures, etc. Nos équipes techniques, juridiques, communication à Paris sont prêtes pour vous accompagner. L’heure est grave. Soyons prêts le 5.

Share
Cette entrée a été publiée dans Combats. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*