Maladresse ou tactique politicienne ? La ministre Marisol Touraine annonçait lundi au sortir de l’Élysée, la fin de la grève des urgentistes. Au même moment, leurs porte-paroles se succédaient dans les journaux d’informations pour dire l’inverse, et maintenir l’appel à la grève tant que des engagements clairs n’étaient pas écrits et signés. Une belle illustration de la confiance dans la parole des pouvoirs publics ! Ces jours-ci, les journalistes généralistes expliquent avec plus ou moins de bonheur les problématiques du secteur de la santé : le temps de travail des urgentistes, la stagnation des honoraires, la généralisation du tiers payant, les enjeux du projet de loi de santé. La bataille de l’opinion est bel et bien lancée. Bravo à vous tous ! Tombent tous les jours des revues de presse du secteur dans lesquelles les articles de vos quotidiens et hebdos régionaux – grâce à vos prises de parole – prédominent nettement sur ceux des médias nationaux. Quant aux Français, ils déclarent soutenir à 63 % le mouvement de grève des médecins… tout en plébiscitant le tiers payant généralisé, pourtant cheval de bataille des premiers… La ministre pense emporter l’adhésion de l’opinion publique grâce à l’argument de l’accessibilité financière. Nous gagnerons le cœur des Français grâce à l’argument de la liberté de choix du médecin et de l’établissement de santé. Nous ferons la démonstration que nos cliniques garantissent l’accessibilité financière aux soins et que le système sanitaire de ce pays ne peut fonctionner qu’en s’appuyant sur ses différents piliers : les hôpitaux publics, les hôpitaux privés et les médecins libéraux. Nous ne ferons aucun faux pas car il nous serait fatal, nous ne manquerons à aucune de nos responsabilités. Lamine GHARBI nous informait hier que « la ministre doit nous faire un retour dans les jours qui viennent ». En attendant, le dénouement sur l’obligation 4, relative à l’absence de dépassements d’honoraires, qui conditionne l’appartenance au Service Public Hospitalier, nous restons plus que jamais mobilisés et nous préparons à fermer nos établissements à partir du 5 janvier. Les médecins monteront en première ligne jusqu’au 31 décembre et nous serons avec eux. Puis nous reprendrons le flambeau le 5 janvier sachant qu’ils seront avec nous.

D’ici là… ne soyez pas malades ! Et même si ces fêtes 2014 ont un goût un peu amer, je vous souhaite un joyeux Noël à toutes et à tous !

Ségolène Benhamou
Présidente du syndicat national FHP-MCO

Share
Cette entrée a été publiée dans Agissons !. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*