Les candidats à l’élection présidentielle ont parfaitement entendu les attentes des citoyens, qui placent la santé dans le peloton de tête de leurs préoccupations. Ils ont simplement décidé que la génération future de citoyens sacrifiée s’arrangera avec la génération future de politiciens! Alors, pour gagner du temps, ils ergotent et amusent la galerie. De leur côté, les sachants de l’économie de la santé se succèdent en tribune : oui, il faut réduire les coûts. Un levier économique majeur était jusqu’alors étonnamment oublié : les achats hospitaliers, qui pèsent pourtant environ 15 milliards d’euros dans notre pays et représentent le deuxième poste de dépenses après la masse salariale pour un établissement. Il est préjudiciable pour tous que le projet PHARE – Performance Hospitalière pour des Achats Responsables, qui devrait dégager sous trois ans dans le secteur public et PSPH un gain de presque un milliard d’euros d’économie (910 millions), n’ait vu le jour que fin 2011 pour un premier bilan présenté la semaine dernière. En effet, cette source d’économie non exploitée pénalise la performance du secteur public et empêche une amélioration accélérée de sa situation économique et financière. Heureusement pour le bénéfice de tous, nous n’avons pas attendu la « lumière » des tutelles pour structurer et optimiser nos achats depuis déjà plusieurs décennies. Notre cap, c’est le bon sens d’une gestion responsable, notre flotte sait naviguer et même sans phare !

Share
Cette entrée a été publiée dans Combats. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*