La colère succédait à la consternation au fil des deux jours qui réunissaient la profession les 6 et 7 décembre à Lyon. Au moment où à Bordeaux, les directeurs généraux des CHU recevaient Mme la ministre Marisol Touraine, à Lyon, les établissements privés regardaient son avatar sur la vidéo qu’elle nous avait envoyée. Marisol Touraine ne nous aimera jamais. Bordeaux annonçait un déficit prévisionnel de 300 millions d’euros qui sera financé par la solidarité nationale et Lyon 35% de cliniques MCO dans le rouge qui ne compteront que sur elles-mêmes. Certes une amélioration de la situation dans les deux cas mais deux écoles : « la réduction des coûts des hôpitaux ne peut se faire sans réduction des effectifs » déclarait le président de la conférence des DG de CHU, or les cliniques can do it en donnant un coup d’arrêt à leurs investissements. Cherchez l’erreur ! Mais le pire est à venir pour les bons élèves. Nos établissements semblaient éliminés du dispositif d’allègement de charges prévu par le pacte de compétitivité pour éviter toute distorsion de concurrence avec les hôpitaux non éligibles. Scandaleux ! Pierre Moscovici, ministre de l’économie déclarait récemment que ce crédit d’impôt serait accordé mais compensé par une moindre progression des tarifs de l’ordre de 3%. Diabolique ! Cela signifierait moins que zéro % d’augmentation, moins que le rien que nous attendions. Des mathématiques, nous entrons dans la philosophie… Notre ministre nous demandait de baisser d’un ton, nous allons au contraire monter d’un octave.

Share
Cette entrée a été publiée dans Combats, Humeurs. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*