Ensemble !

Nous les aimons nos cliniques !

 Renouveler les relations médicales dans les établissements
« On ne veut pas de soviet dans nos établissements ! » protestaient les médecins lorsque les CME étaient créées au début des années 90. Aujourd’hui ce cadre de travail existe et fonctionne. Toutefois, « c’est comme une relation familiale, si on se parle, ça marche, sinon, ça ne marche pas » expliquait Sylvie Charlet, directrice des affaires médicales de Vitalia qui intervenait lors de cette table ronde. « Les CME sont certes hétérogènes dans notre secteur mais partagent des valeurs communes, notamment la communication et l’écoute » précisait le Dr Jean-Luc Baron, président de la CNP-CME-HP. A l’appui, une présentation de l’approche des CME par le Dr Jean-Louis Desphieux du groupe Courlancy au sein desquelles le corps médical a trouvé idéalement sa place.

 La naissance, une affaire privée
Le monde de la périnatalité est en pleine mutation. Des maternités privées disparaissent et n’assurent plus que 28% des accouchements. 29 départements n’ont plus de maternités privées.
Les 176 maternités privées partagent des valeurs de générosité (de la prise en charge), de liberté (de la prise en charge) et de globalité (de la prise en charge).

L’avenir de la médecine libérale
L’ensemble des intervenants ont tous appelé à un arrêt de la stigmatisation régulière et inacceptable des médecins libéraux. Ils ont d’autre part appelé à une profession proactive. Comment s’articule l’évolution des pratiques, celle de la rémunération, et enfin celle du statut des médecins ?

TERRE
« Nous sommes ravis de poursuivre également ces mêmes objectifs TERRE » déclarait Jean Debeaupuis, directeur général de la DGOS, qui s’exprimait ce matin-même à la Convention. Dans le contexte hostile que nous connaissons, la FHP-MCO invite la profession à revendiquer la poursuite de l’objectif TERRE à plusieurs dimensions :
T – transparence des droits et devoirs de chacun, professionnels et tutelle
E – équité de traitement des professionnels de santé
R – reconnaissance de notre capacité à être un acteur de santé publique à part entière
R – respect des femmes et des hommes qui oeuvrent quotidiennement dans nos structures
E – évaluation des politiques de santé publiques et médico-économiques

Share
Cette entrée a été publiée dans Annonce. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*