A l’heure des budgets prévisionnels, de nombreuses questions affluent à la FHP-MCO sur les évolutions tarifaires 2017. Les réponses relèvent plus, à ce jour, de la prédiction que de probabilités, tant il y a de variables et de données techniques et surtout politiques.
Même si des rumeurs chuchoteraient une augmentation de l’ONDAM en cette période préélectorale, elle ne pourrait être que limitée, pacte de stabilité oblige. Restons donc lucides. Quelle est notre marge de manœuvre ? Le 13h ouvre une série d’éditos pour analyser les 17 propositions que la FHP-MCO a soumises au ministère de la Santé.
Dès lors que l’Etat s’engage solennellement devant l’Union européenne dans un « programme de stabilité 2015-2018 », pourquoi n’envisage-t-il pas une approche pluriannuelle de la loi de financement de la Sécurité sociale ? Puisqu’il pilote un marché administré, l’Etat pourrait réfléchir à trois ans et donner ainsi la visibilité nécessaire aux acteurs sanitaires publics et privés. Car nous saurons tous mieux faire dans un environnement stable.
Même si la Sécurité sociale publie ses comptes annuellement (cette semaine pour ce qui concerne 2015), dans les faits, les outils existent et le permettent : utilisation des TIC, détermination des axes prioritaires de santé publique, politique incitative, etc. Des aménagements annuels conjoncturels à cette planification peuvent toujours être envisagés.
Cette proposition structurelle de la FHP-MCO est ancienne. Pour autant, cette demande mérite d’être répétée avec la plus grande volonté jusqu’à son obtention.
Nous avons l’espoir raisonnable de faire bouger les lignes.
Share
Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*