Après plusieurs années de tests et de difficultés, le DMP (dossier médical personnel) est devenu réalité. Il n’est qu’une branche de la télémédecine, mais il est à la croisée de deux sujets majeurs dans le monde médical : le codage (transcription, transmission) de l’information médicale, et les évolutions technologiques.

La FHP en parlait il y a peu lors de sa journée d’information sur le déploiement de l’information médicale ; notre commission télémédecine, pilotée par Dominique Poels, enquête à ce sujet. Je ne suis pas particulièrement adepte des nouvelles technologies, mais le développement du dossier médical personnel est à coup sûr une bonne nouvelle, pour le praticien comme pour le patient.

L’information est au cœur de l’organisation d’un établissement de santé. Lors d’un séjour en clinique, un patient voit au bas mot une dizaine de personnes, qui ont besoin du dossier du patient pour bien le soigner. Dans la vie d’un patient, celui-ci voit défiler un nombre important de praticiens, qui ne disposent pas du même niveau d’information… et dans le domaine de la santé, une information manquante peut être fatale.

Le dossier médical personnel est un ensemble d’informations médicales sur le patient, numérisé, et accessible aux praticiens d’un établissement à l’autre. Il permet de connaître les antécédents du patient, les traitements en cours, les examens déjà effectués, etc. : au-delà du gain de temps, il devrait permettre de mieux soigner.

Je dis « devrais », car il n’est pas automatique : il faut l’accord préalable du patient. Précisons que le DMP est protégé par le secret médical, et que son fonctionnement a été approuvé par la CNIL. Du côté des établissements, le déploiement du système est conséquent… et il doit être adopté par les praticiens.

Mais je crois que l’effort en vaut plus que la peine, et qu’il réserve de belles améliorations au fonctionnement des cliniques et à la qualité des soins.

 

Share
Cette entrée a été publiée dans Combats, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*